• Ciné-Club Barberousse – 22 janvier 2022

    Ciné-Club Barberousse – 22 janvier 2022

    Actualité
    Le samedi 22 janvier 2022
    À 10h30
    Nouvel Odéon : 6, rue de l'École de Médecine, 75006 Paris

    Le ciné-club « Barberousse. Médecine et soin au cinéma »  vous convie à sa prochaine séance le samedi le 22 janvier à 10h30, au cinéma le Nouvel Odéon.

     

    Nous regarderons ensemble On murmure dans la ville deJospeh L. Mankiewicz (1951) et nous en discuterons ensuite  avec Philippe Ruszniewski, Doyen de l’UFR de médecine (Université de Paris).

     

    Noah Praetorius, un brillant professeur de médecine (Cary Grant), se voit intenter un procès en charlatanisme : bien que diplômé de médecine, il a agi en guérisseur et soulagé ses patients simplement en les écoutant. A travers ce procès rocambolesque – qui rappelle le maccarthysme – , de solides références à l’histoire de la médecine et de la psychanalyse et une histoire d’amour à bien des égards transgressive, People will talk interroge l’identité professionnelle du médecin et la nature de la médecine. N’est-elle qu’une science ? Quelle place accorder à la subjectivité du malade ? Quel rôle attribuer à la relation médecin-malade dans la guérison ?

     

    Lien : https://www.nouvelodeon.com/

    Nouvel Odéon : 6, rue de l’École de Médecine, 75006 Paris

    Tarif : 7 euros

     

     

    Le ciné-club « Barberousse. Médecine et soin au cinéma » se poursuit en 2022 un samedi par mois à 10h30 au cinéma Nouvel Odéon, 6 rue de l’Ecole de médecine, Paris 6ème.

    Il mobilise les ressources du cinéma pour rendre sensibles les enjeux de soin, au sens le plus vaste du terme. Il projette des films qui rappellent que nous sommes tous vulnérables et, à des titres divers, soignants et soignés. Des films qui font percevoir les valeurs et les difficultés du soin, comme l’avait fait Akira Kurosawa dans son chef d’oeuvre Barberousse.

    Les discussions interrogent notamment les enjeux psychiques, éthiques et politiques du soin que le cinéma aide à mieux voir et à mieux formuler. Il ne s’agit en aucun cas d’illustrer un propos, mais de réagir, pendant les projections, chacun(e) dans son for intérieur, puis collectivement grâce à des échanges entre les organisateurs, les spectateurs et les invité(e)s.

    Les films, choisis pour leur capacité à mobiliser par eux-mêmes émotions, réflexions et interrogations, sont ainsi partie prenante d’une recherche qui associe praticiens du soin (médical ou autre), spécialistes et professionnels du cinéma, philosophes et chercheurs en sciences humaines et sociales, spectateurs de toutes origines.

     

    Les discussions sont animées par F. Crémieux, directeur général adjoint, AP-HP, J. –M. Frodon, critique de cinéma et professeur associé à Sciences-Po, et Céline Lefève, maîtresse de conférences en philosophie et co-directrice de l’Institut La Personne en médecine (Université de Paris), en partenariat avec la revue Esprit.