• APPEL A CANDIDATURES POST-DOCTORALES 2019

    APPEL A CANDIDATURES POST-DOCTORALES 2019

    Colloques
    Du mardi 09 juillet 2019
    au dimanche 15 septembre 2019

     

    Le programme interdisciplinaire « La Personne en médecine » (LPEM) (http://lapersonneenmedecine.uspc.fr/) lance à un appel pour le recrutement d’un post-doctorant pour une durée de 12 mois renouvelable.

    Le projet de post-doctorat doit s’inscrire dans un ou plusieurs axes thématiques du programme LPEM et comporter une dimension pluridisciplinaire. Il sera réalisé au sein d’un laboratoire participant au programme LPEM sous la responsabilité d’un chercheur référent.

    Date de remise des candidatures : 15 septembre 2019 à midi.

    Le programme « La Personne en médecine »

    Afin de connaître et d’améliorer les pratiques et les politiques de santé, le programme « La Personne en médecine » étudie les modes de subjectivation des malades et de leur entourage, c’est-à-dire leurs manières de se concevoir, de se construire et d’agir comme sujets psychiques, éthiques et politiques dans les rapports actuels à la maladie et à la médecine. Notre hypothèse est que ces modes de subjectivation doivent être analysés conjointement à ceux des professionnels de santé, en particulier ceux liés à leur formation aux dimensions psychiques, sociales et éthiques de la médecine. Il s’agit de comprendre comment la personne malade expérimente la maladie, dans la médecine et dans la société, comment elle s’y construit comme acteur psychique, social, éthique et politique. Il s’agit aussi d’étudier les manières dont les professionnels de santé se forment, s’organisent, travaillent et décident ensemble – ce qui éclaire les manières dont la personne malade et son entourage sont conçus, pris en charge et en compte.

    Le programme promeut tant des recherches en SHS sur la médecine que des recherches collaboratives impliquant conjointement SHS et sciences biomédicales. Il est besoin d’analyses globales tout autant que d’analyses locales menées au plus près des acteurs et des pratiques. L’interdisciplinarité du programme repose sur un parti pris scientifique assumé qui vise à renouveler les analyses épistémologiques et éthiques en médecine, en les mettant au double défi, d’une part, des recherches des sciences sociales, et, d’autre part, de recherches menées ensemble par des chercheurs en SHS et en médecine.

    Axe 1 : Modes de subjectivation des patients et de leur entourage – « la maladie à vie »

    Les recherches interdisciplinaires de LPEM étudient l’expérience contemporaine de la maladie chronique et, au-delà, de ce que nous avons appelé « la maladie à vie ». Les enjeux sont 1. de comprendre comment la personne malade expérimente la maladie dans la médecine et la société, et comment elle se construit, parfois dès l’enfance, comme acteur psychique, social, éthique et politique ; 2. de mieux connaître l’expérience de la maladie dans la durée pour améliorer la qualité des soins médicaux et non médicaux ; 3. de montrer comment ces nouvelles normes de vie remettent en cause le paradigme de la guérison et demandent de nouvelles pratiques de soin : une médecine de l’incurable et de l’accompagnement.

    Axe 2 : Les transformations de la clinique et les nouveaux paradigmes du soin :

    Les maladies graves ou chroniques suscitent de nouvelles approches des soins, qui ne sont plus centrées seulement sur la maladie, mais prennent en compte la personne et ses conditions sociales d’existence, ses interactions sociales, ses valeurs, engagements et projets. Or l’attention et le soin portés à la personne (care) ne doivent pas être conçus comme complémentaires du traitement de la maladie (cure), mais comme le cadre englobant et prioritaire au sein duquel intégrer le traitement de la maladie. Cette perspective requiert de promouvoir la participation active des patients à leurs soins, de veiller au respect et à la promotion des droits

    1

    des personnes, en particulier en situation de handicap ou de vulnérabilité, notamment celui de participer aux décisions médicales les concernant et de promouvoir leur empowerment.

    Axe 3 : Humanités médicales : des recherches à la formation des médecins et des professionnels de santé

    Les humanités médicales constituent une dénomination nouvelle pour des recherches parfois anciennes engageant des disciplines très différentes selon les pays. Le programme se consacre en particulier à l’histoire et l’actualité de la formation des médecins et des professionnels de santé. La formation initiale, la socialisation, les pratiques des professions de santé connaissent en effet d’importantes évolutions épistémologiques, organisationnelles et politiques. Il s’agit de fonder sur des recherches scientifiques en histoire, épistémologie, éthique, littérature et psychanalyse, et sur la connaissance des expériences internationales, des propositions pédagogiques innovantes.

    Axe 4 : Enjeux psychiques, sociaux et éthiques de l’e-médecine et de l’introduction des objets connectés en médecine.

    À la suite de la loi « Hôpital, Patients, Santé, Territoires » (2009), se sont développés de nouveaux types d’intervention à distance par les professionnels médicaux. L’évaluation de ces dispositifs (au sens large, objets et organisations) se doit d’inclure non seulement les évaluations cliniques habituelles et les nouvelles formes méthodologiques (évaluation en vie réelle) et médico-économiques, mais aussi leurs aspects subjectifs et éthiques. L’analyse des représentations, usages et valeurs des acteurs est un volet essentiel de ces travaux, car ces dispositifs ne produisent pas seulement un changement de l’expérience intime du sujet avec lui-même, mais interfèrent également dans la façon dont la relation thérapeutique entre le patient et son médecin, et plus largement son équipe soignante, va se nouer.

    La présentation détaillée des axes, recherches et activités menées dans le cadre du programme sont à retrouver sur le site http://lapersonneenmedecine.uspc.fr/

    Modalités de candidature

    Sont éligibles, les titulaires d’un doctorat dans une discipline relevant des sciences humaines ou sociales (histoire et philosophie des sciences, éthique, sociologie, anthropologie, psychologie, psychanalyse, études sur la littérature et les arts…), délivré entre le 15/09/2015 et le 15/09/2019

    Le candidat doit fournir par mail les pièces suivantes :

    1. Curriculum vitae avec la liste des publications
    2. Copie du diplôme de doctorat ou attestation faisant foi
    3. Rapport de soutenance de la thèse de doctorat
    4. Lettre de candidature (2 pages maximum) précisant l’inscription du projet dans le programme LPEM
    5. Projet de recherche et d’activités post-doctorales (5 pages maximum) comportant les éléments suivants : exposé de la problématique, objectifs et hypothèses de la recherche sur la base d’un « état de l’art « ; présentation de la méthodologie ; plan de travail : étapes, calendrier prévisionnel sur 12 mois, productions et collaborations envisagées (des activités de valorisation de la thèse pourront être prévues) ; bibliographie (maximum 1 page).

      Le projet de recherche et d’activités post-doctorales peut être rédigé en anglais. Toutefois, un bon niveau de compréhension et d’expression orale en français est requis.

    Ces pièces doivent être envoyées à ariane.brehier@univ-paris-diderot.fr, le 15 septembre 2019 à midi au plus tard.

    Les dossiers seront examinés par le bureau du programme LPEM. Les résultats seront communiqués par mail avant fin septembre.

    Pour tout renseignement, contacter : Céline Lefève celine.lefeve@gmail.com et/ou François Villa villa@univ-paris-diderot.fr