Ouvrages

  • Penser le soin avec Simone Weil

    Penser le soin avec Simone Weil

    Sous la direction de
    Martin Dumont et Nathalie Zaccaï-Reyners
    Puf, collection « Questions de soin »
  • Bill K.W.M. Fulford et al., La Clinique fondée sur les valeurs. De la science aux personnes (Doin)

    Bill K.W.M. Fulford et al., La Clinique fondée sur les valeurs. De la science aux personnes (Doin)

    nouvelle collection « La Personne en médecine » chez Doin –

  • Todd Meyers, Chroniques de la maladie chronique

    Todd Meyers, Chroniques de la maladie chronique

    collection Questions de soin, PUF, 2017

  • Olivia Gross, L’engagement des patients au service du système de santé (Doin)

    Olivia Gross, L’engagement des patients au service du système de santé (Doin)

    nouvelle collection « La Personne en médecine » chez Doin,

  • Essais précoces en cancérologie Ethique et justice

    Essais précoces en cancérologie Ethique et justice

    Sous la direction de Valérie Gateau, François Doz, Philippe Amiel
    editions-materiologiques-logo-1448990198
  • Self-Medication and Society: Mirages of Autonomy

    Self-Medication and Society: Mirages of Autonomy

    Sylvie Fainzang, Self-Medication and Society: Mirages of Autonomy (Routledge Studies in the Sociology of Health and Illness), Routledge, 2016

     

  • OMERTA À L’HÔPITAL. Le livre noir des maltraitances faites aux étudiants en santé

    OMERTA À L’HÔPITAL. Le livre noir des maltraitances faites aux étudiants en santé

    sous la direction du Dr Valérie Auslender
    Michalon éditeur.

     

    Date de parution : le 2 mars 2017

  • Regards croisés sur la santé et la maladie

    Regards croisés sur la santé et la maladie

    Recherches anthropologiques, recherches cliniques

     

     

    de Caroline Desprès (Auteur), 

    Serge Gottot (Auteur), 

    Hélène Mellerio (Auteur), 

    Maria Teixeira (Auteur)

     

    Voici le lien vers le flyer:
     http://pub.lucidpress.com/SanteMaladie/

Penser le soin avec Simone Weil



Dans un texte lumineux intitulé « L’amour de Dieu et le malheur », la philosophe Simone Weil pose de manière tranchante la question du soin qui peut être apporté aux êtres humains dans la plus profonde détresse. Que peut encore le soin dans ces situations extrêmes ? Touche-t-il ici ses limites ? Est-il possible d’apprendre à percevoir le malheur lui-même, qui sait si bien se rendre invisible et dont nous détournons volontiers le regard ? Les éditeurs ont demandé à des médecins, philosophes, sociologues et écrivains de proposer leur propre lecture du texte de Simone Weil. Ces éclairages à chaque fois spécifiques ouvrent sur des questions des plus contemporaines et des plus urgentes pour penser le soin. C’est également ce faisant un apport essentiel et pourtant peu connu de la pensée de Simone Weil qui est ici exploré.

Avec les contributions de Patrick Autréaux, Carole Bouleuc, Pascal David, Sylvie Dolbeault, Martin Dumont, Marion Hendrickx, Dominique Lossignol, Nicolas Marquis, Jean-Christophe Mino, Frédéric Worms, Nathalie Zaccaï-Reyners.

  Table des matières :

Introduction. Penser le soin avec (et contre) Simone Weil,

par Martin Dumont et Nathalie Zaccaï-Reyners…………………… 9

L’amour de Dieu et le malheur (1942),

par Simone Weil ……………………………….. 17

Lectures :

Le malheur, le soin, l’amour des êtres humains,

par Frédéric Worms……………………………. 75

Aller vers le lieu sans amour. Simone Weil et Claude Balier, la clinique psychiatrique des « exclus de l’humanité »,

par Marion Hendrickx ……………………….. 91

Le soin de l’âme et la vérité du malheur,

par Pascal David……………………………….. 103

Patients et soignants face au malheur,

par Carole Bouleuc…………………………….. 115

La face terrible du malheur,

par Martin Dumont…………………………… 125

De la compassion à une éthique du care. Réflexions à partir du handicap,

par Myriam Winance…………………………. 139

Soigner la détresse psychique en oncologie,

par Sylvie Dolbeault…………………………… 149

Puissances et limites de l’amour face à la répulsion. Quelques réflexions depuis les sciences humaines et sociales,

par Nathalie Zaccaï-Reyners ………………… 163

La souffrance peutelle avoir un sens ?

par Dominique Lossignol …………………….. 173

Déprise, sorcellerie et résilience,

par Nicolas Marquis…………………………… 183

Une économie du malheur ?

par Jean-Christophe Mino …………………… 195

Ouverture :

Vous aviez mon cœur…

par Patrick Autréaux………………………….. 205

Les auteurs…………………………………………… 217

Bill K.W.M. Fulford et al., La Clinique fondée sur les valeurs. De la science aux personnes (Doin)



Bonjour,
 
Nous sommes heureux de vous annoncer, dans la nouvelle collection « La Personne en médecine » chez Doin, la parution de l’ouvrage :
 

Bill K.W.M. FulfordEd PeileHeidi Carroll, La Clinique fondée sur les valeurs. De La science aux personnes, traduit sous la direction d’Arnaud Plagnol et Bernard Pachoud, Doin, 2017.

Traduction de l’édition anglaise Essentiel Values-Based-Pratice – Clinical Stories Linking with people, Cambridge University Press.

Cet ouvrage présente une approche novatrice en médecine et dans toutes les disciplines soignantes.
La clinique fondée sur les valeurs est née du constat d’une insatisfaction fréquente des patients et du malaise des praticiens dans leur exercice quotidien, de nombreux conflits survenant lors de soins devenus très techniques. Le cadre proposé dans cet ouvrage permet de répondre concrètement à ces problèmes, tout en restant compatible avec la rigueur scientifique nécessaire à la pratique des soins aujourd’hui.

Chaque chapitre, rédigé de façon très vivante, s’organise autour d’un « récit de cas » accessible sans pré-requis spécialisé.
De la médecine générale à la psychiatrie en passant par la chirurgie ou les soins palliatifs, il s’y révèle une pratique possible des soins au plus proche de la singularité de chaque malade, exercée en s’appuyant sur les ressources de la personne soignée, de ses proches, et de tous les membres des équipes soignantes, aujourd’hui multidisciplinaires.

Déjà une référence au Royaume-Uni et sur les cinq continents, La clinique fondée sur les valeurs peut intéresser un très large public : médecins des diverses spécialités et tous les professionnels intervenant dans les domaines sanitaire et médico-social (psychologues, infirmiers, éducateurs…). Rédigé comme un manuel pratique, il est également d’un intérêt majeur pour les étudiants qui se destinent à ces professions et souhaitent fonder leur vocation dans le respect des valeurs de tous.

 
Cordialement,
Céline Lefève et Bernard Pachoud, directeurs de la collection

MC philosophie de la médecine – Université Paris Diderot
Co-responsable du Programme interdisciplinaire USPC « La Personne en médecine » : lapersonneenmedecine.uspc.fr

Responsable de la plateforme « USPC Humanités médicales » : hm.uspc.fr – Facebook : USPC Humanités médicales

 

Todd Meyers, Chroniques de la maladie chronique



Todd Meyers,
Chroniques de la maladie chronique, collection Questions de soin, PUF, 2017
Pendant douze ans, Todd Meyers a observé, aux États-Unis, le quotidien de Beverly, une femme souffrant de plusieurs maladies chroniques. Il n’adopte pas la perspective du médecin ou du chercheur en santé publique, mais celle de l’anthropologue rencontrant une femme singulière et accom­pagnant son expérience. Il fait comprendre la manière dont elle donne sens à ses maladies, ses traitements, à son existence, au temps. Il raconte comment la maladie chronique s’installe dans son foyer, reconfigure les relations familiales de soin, et aggrave des situations de précarité auxquelles les services et professionnels de santé ont des difficultés à répondre.
Il décrit aussi comment la maladie chronique se conjugue au pluriel, offrant ainsi un autre regard sur la notion médicale, aujourd’hui centrale, de comorbidité.
Il fallait cette enquête au long cours pour comprendre le sens humain du « chronique ». Elle montre combien vie et maladie chronique en viennent à s’entrelacer au point de se confondre.
C’est aussi une réflexion émouvante sur la relation de l’anthropologue à son « objet » d’étude : une femme de souffrance et de chair.
Traduit de l’anglais (États-Unis) par Aude Bandini et Céline Lefève.
Todd Meyers est maître de conférences en anthropologie à New York University-Shanghai. Il est notamment l’auteur de La Clinique et ailleurs. Anthropologie et thérapeutique de l’addiction (Vrin, 2016) et codirige la collection « Forms of Living » (Fordham University Press).

Olivia Gross, L’engagement des patients au service du système de santé (Doin)



Bonjour,
 
Nous sommes heureux de vous annoncer, dans la nouvelle collection « La Personne en médecine » chez Doin, la parution de l’ouvrage :
 

Olivia Gross, L’engagement des patients au service du système de santé, Doin, 2017

• En France, près de 20% de la population vit avec au moins une maladie chronique. Le système de soins, initialement créé pour répondre aux besoins des maladies aigues se révèle inadapté pour accompagner les malades au long cours. Ce phénomène paradoxal, qualifié de non-observance ou d’inobservance, interroge. 12 000 personnes meurent chaque année en France pour avoir été inobservantes.

• L’inobservance représente un coût massif pour notre système de santé et a de lourdes conséquences sur la santé individuelle des personnes concernées, puisqu’il conduit à des complications et des ré-hospitalisations, voire à des décès.

• Le système de soins et de santé gagnerait donc à être repensé dans ses fondements, dans ses fonctionnements, dans sa gouvernance. L’auteur de cet ouvrage questionne le fait qu’il pourrait l’être par des acteurs différents. Car les acteurs traditionnels ont déjà atteint leurs limites. Et ces acteurs capables de soigner le système, ces acteurs hors normes… cela pourrait être les usagers du système de santé eux-mêmes, les patients et leurs proches.

• Ainsi, les associations de malades, mais aussi les malades eux-mêmes collaborent de plus en plus étroitement aux mesures de santé, tant sur le plan individuel que collectif. Ce livre retrace l’histoire du mouvement social qui a abouti à ce qu’usagers et professionnels de santé entreprennent des collaborations qui gomment même parfois les frontières entre eux. Il en expose les principes et rapporte les différentes formes revêtues par des collaborations qui n’ont plus de limites.

Olivia GrossDocteur en Santé Publique, Chercheuse en santé publique et en sciences de l’éducation, Laboratoire d’Educations et Pratiques de Santé, EA3412 – UFR de Santé, Médecine et Biologie Humaine, Université Paris 13 Bobigny

http://www.jle.com/fr/ouvrages/e-docs/lengagement_des_patients_au_service_du_systeme_de_sante_309889/ouvrage.phtml

Cordialement,
Céline Lefève & Bernard Pachoud, directeurs de la collection


MC philosophie de la médecine – Université Paris Diderot
Co-responsable du Programme interdisciplinaire USPC « La Personne en médecine » : lapersonneenmedecine.uspc.fr
Responsable de la plateforme « USPC Humanités médicales » : hm.uspc.fr – Facebook : USPC Humanités médicales

 

Essais précoces en cancérologie Ethique et justice



Les essais précoces sont les tests de première administration d’une molécule chez l’être humain. En cancérologie, les essais précoces modernes sont « ciblés » : identifiées comme candidates crédibles par des techniques bio-informatiques, les molécules à l’essai visent des cibles protéiques anormales caractéristiques de tel type moléculaire de tumeur. L’imagerie fonctionnelle permet d’observer si elles atteignent leur cible, si la tumeur diminue. Les essais précoces ciblés sont au cœur de la médecine « personnalisée », c’est-à-dire des nouvelles stratégies de traitement sur mesure selon le profil moléculaire de la tumeur d’un individu donné.

Les essais précoces sont une voie d’accès à l’innovation thérapeutique pour les malades et une option de la prise en charge médicale qui peut être proposée bien avant les situations d’impasse thérapeutique avec les traitements classiques.

En cela, ils posent une multitude de questions nouvelles qui interrogent bien au-delà des essais en cancérologie. Comment allouer les places de manière juste ? Faut-il repenser la distinction fondatrice entre soins et recherche, centrale pour l’éthique et pour la réglementation ? Avec quelles conséquences sur la pratique clinique ?

L’ouvrage, rédigé à l’issue d’un colloque au Collège de France par les spécialistes les plus en pointe sur ces questions – cancérologues, biologistes, philosophes, sociologues et juristes – apporte d’abord une clarification des notions en jeu : essais précoces, médecine « personnalisée », thérapeutiques « ciblées ». Les questions de justice que soulèvent ces essais sont ensuite exposées et discutées de manière particulièrement claire. Pour nourrir un débat que le progrès des techniques rend chaque jour plus urgent.

Self-Medication and Society: Mirages of Autonomy



The question of recourse to self-medication arises at the intersection of two partly antagonistic discourses: that of the public authorities, who advocate the practice primarily for economic reasons, and that of health professionals, who condemn it for fear that it may pose a danger to health and dispossess the profession of expertise. This books examines the reality of self-medication in context and investigates the social treatment of the notion of autonomy ever present in the discourses promoting this practice.

Drawing on fieldwork conducted in France, the author examines the material, cognitive, symbolic and social dimensions of the recourse to self-medication, considering the motivations and practices of the subjects and what these reveal about their relationship with the medical institution, while addressing the question of open access to medicines – a subject of heated debate between the actors concerned on themes such as competence, knowledge and responsibility.

A rigorous analysis of the strategies adopted by individuals to manage the risks of medicines and increase their efficacy, Self-Medication and Society will appeal to sociologists and anthropologists with interests in health, illness, the body and medicine.

OMERTA À L’HÔPITAL. Le livre noir des maltraitances faites aux étudiants en santé



En 2013, l’unique enquête nationale réalisée auprès de 1472 étudiants en médecine a permis de chiffrer les violences qu’ils subiraient durant leurs études : plus de 40 % d’entre eux ont déclaré avoir été confrontés personnellement à des pressions psychologiques, 50 % à des propos sexistes, 25 % à des propos racistes, 9 % à des violences physiques et près de 4% à du harcèlement sexuel. De même, 85,4 % étudiants en soins infirmiers considèrent que la formation est vécue comme violente dans la relation avec les équipes encadrantes en stage.

Pour mieux comprendre cette souffrance, Valérie Auslender a lancé un appel à témoins en août 2015 et recueilli plus d’une centaine de témoignages d’étudiants en professions de santé.

Neuf experts proposent ensuite des pistes de réflexion : Didier Sicard, professeur émérite à l’université Paris Descartes et président d’honneur du Comité consultatif national d’éthique ; Christophe Dejours, psychiatre, psychanalyste et expert de la souffrance au travail ; Cynthia Fleury-Perkins, philosophe, psychanalyste et professeur à l’American University of Paris ; Céline Lefève, philosophe et maître de conférences en philosophie de la médecine ; Olivier Tarragano, psychiatre, psychanalyste et directeur du Pôle Santé de Sciences Po ; Gilles Lazimi, médecin généraliste et membre de la commission santé du Haut Conseil de l’Égalité entre les femmes et les hommes ; Emmanuelle Godeau, médecin de santé publique, anthropologue et chercheur à l’Inserm ; Bénédicte Lombart, infirmière, cadre de santé et docteure en philosophie pratique et éthique hospitalière ; Isabelle Ménard, infirmière puéricultrice et formatrice en institut de formation en soins infirmiers.

Regards croisés sur la santé et la maladie



Présentation de l’éditeur:

Cet ouvrage est né de la rencontre et de la discussion entre des anthropologues et des médecins impliqués dans des activités de recherche en milieu clinique. Une demande croissante de ces cliniciens et des épidémiologistes émerge afin de développer des volets qualitatifs au sein de leurs recherches, sans qu’ils aient pour autant une idée claire des apports spécifiques que la connaissance anthropologique pourrait leur apporter, d’autant que nombre de recherches qualitatives ne présentent aucune dimension anthropologique. Est-il alors indispensable de faire appel à un anthropologue pour effectuer de telles recherches, plutôt qu’à des personnes moins spécialisées (Master de santé publique, par exemple), ou à des médecins rompus aux méthodologies qualitatives ? Comment développer des regards croisés sur un même objet dans une perspective pluridisciplinaire, alors que le poids de chaque discipline n’est pas toujours équivalent, et comment articuler les différents points de vue ? L’objet de cet ouvrage est donc de clarifier autour de plusieurs exemples de recherches les multiples mais non moins spécifiques contributions de l anthropologie clinique, ainsi que les modes de coopération entre anthropologie et clinique.

 

Contributeurs & Table des matières
Préface Corinne Alberti
Introduction
Desprès C., Gottot S., Mellerio H., Teixeira M.

 

I/ Réflexions autour d’un objet de recherche à négocier
De l’affliction à la clinique…, Maria Teixeira
L’anthropologie et la clinique…, Sylvie Fortin et Geneviève Dorval
Quelle place pour les anthropologues dans la recherche clinique?, Aline Chassagne et Aurélie Godard-Marceau,

 

II/ Recherches anthropologiques et recherches cliniques: entre co-construction et indépendance
II.1/ Une approche co-construite

Mise en place d’une recherche anthropologique en contexte clinique…, Caroline Giacomoni,Hélène Hoarau et Elisa Venturini
Comment pratiquer une socio-anthropologie « impliquée »…? , Agnès Lainé
Inclure un patient dans un essai thérapeutique…,Clémentine Raineau et Denis Pezet
Apport de l’anthropologie à la clinique pour l’adaptation de la prise en charge du risque de Maladie Veineuse Thrombo-Embolique, Claudie Haxaire, Francis Couturaud et Christophe Leroyer
La recherche anthropologique en partenariat…, Josiane Le Gall

 

II.2/ Une approche indépendante
« Avant les traitements, je ne me sentais pasmalade »…, Alice Péters
« La chimiothérapie, c’est l’inconnu »…, Armelle Lorcy
Entre droit des patients et gestion des risques en obstétrique…, Mathieu Azcue
VIH et hépatite B chronique chez des migrants subsahariens…, Dolorès Pourette et Laura Dalsheimer
« Il faut me dire la vérité si j’ai un cancer ! »…, Mathilde Couderc

 

III/ Recherches anthropologiques à la marge de la clinique biomédicale
Conduire ou ne pas conduire ?…, Caroline Desprès et Benoît Eyraud
L’infertilité dans le contexte de la sorcellerie…, Déborah Kessler-Bilthauer
Le corps, le cadre et la parole…, Lucia Candelise et Gilles Remillet

Si vous avez besoin d’autres renseignements n’hésitez pas à me contacter
Merci à vous et belle journée
Maria Teixeira

 

 

Maria Teixeira
MCF en anthropologie sociale
Univ. Denis Diderot – Paris 7 – UFR de Médecine
UMR 1123 ECEVE – INSERM
10 av. de Verdun 75010 Paris
Bureau: 01-57-27-84-53 / Secrétariat: 01-57-27-86-80