Tous les articles par lpemadmin

Résultat de votre recherche :

Nous avons trouvé un ou plusieurs éléments correspondant à votre recherche :

Arnaud Plagnol, Bernard Pachoud et Bernard Granger, Les nouveaux modèles du soin. Une clinique au service de la personne (Doin)

La Collection « La Personne en médecine » chez Doin a le plaisir de vous annoncer la parution d’un troisième ouvrage Les nouveaux modèles du soin. Une clinique au service de la personne, sous la direction d’Arnaud Plagnol, Bernard Pachoud et Bernard Granger.
Cet ouvrage présente les fondements des « nouveaux modèles de soins », qui renouvellent en profondeur le modèle traditionnel des soins, tourné trop exclusivement vers les notions de maladie et de traitement curatif.  Tout en assumant pleinement les exigences d’ordre scientifique, ces nouveaux modèles convergent autour de préoccupations au coeur des exigences anciennes de la clinique et des attentes sociétales contemporaines : appui sur les ressources et aspirations de la personne soignée, reconnaissance de son histoire et de son expérience comme sources essentielles de savoir, implication de cette personne comme acteur décisionnel en fonction de ses valeurs, attention au clinicien comme personne et à l’impact de la relation soignant-soigné, réhabilitation des méthodes qualitatives et du recours aux sciences humaines. L’influence de ce changement de paradigme est appelée à s’exercer sur toutes les disciplines concernées par les soins, en particulier celles relevant directement des sciences médicales, sociales ou infirmières.

L’ouvrage  présente les plus dynamiques de ces modèles,  met en évidence leurs développements cliniques concrets et souligne leur synergie avec la clinique fondée sur les données probantes. Rassemblant des auteurs de référence issus de multiples disciplines, il s’adresse aux professionnels intervenant dans les domaines médical, sanitaire et médicosocial (médecins de toutes spécialités, infirmiers, psychologues, éducateurs), mais aussi aux chercheurs en sciences sociales (philosophes, sociologues), acteurs institutionnels et décideurs en santé. Il sera également d’un grand intérêt pour les étudiants qui se destinent à ces professions en les ouvrant aux horizons les plus prometteurs pour un exercice correspondant à leur vocation.

Commande possible sur ce lien :

Résultat de votre recherche :

Nous avons trouvé un ou plusieurs éléments correspondant à votre recherche :

Psychiatrie, neurologie, neurosciences cognitives, (dir) R. Schneckenburger, S. Troubé

Résumé

Qu’appelle-t-on aujourd’hui « neurospsychiatrie » ou « neurosciences cliniques » ? Que recouvre encore le vocable de « psychiatrie », redessiné par les mutations profondes de ce que l’on nomme la santé mentale, et par la révolution neuroscientifique qui vise à transformer ses méthodologies de recherche aussi bien que ses champs d’application clinique ? L’essor des neurosciences cognitives a rendu particulièrement mouvantes les frontières de la psychiatrie et la neurologie, exigeant de rouvrir la question de leurs points de dialogue, de chevauchement ou d’incompatibilité.

Les contributions de cet ouvrage adoptent une méthode pluridisciplinaire, au croisement de la philosophie et de l’histoire des sciences, de la neurologie, de la psychiatrie et des sciences sociales. Replaçant l’accent sur la construction historique de la psychiatrie et de la neurologie, elles proposent de contextualiser et de circonscrire les enjeux actuels de leur mutation, en ses diverses implications : épistémologiques – dans les perspectives de recherche qu’elle rend possible, cliniques – dans ses points d’application ou de butée thérapeutiques – et sociétales – dans le changement de regard induit sur la pathologie mentale, entre maladie de l’esprit et maladie du cerveau.

 

Sommaire

Préface – L’éternel retour de la neuropsychiatrie ?, par Romain Schnekenburger & Sarah Troubé

 

Première partie – Rapports de la neurologie et de la psychiatrie : quels problèmes pour quels héritages ?

 

Dégénérescence et dissolution du système nerveux. Modèle neurologique et catégories psychiatriques à la fin du XIXe siècle, par Claude-Olivier Doron

 

La distinction entre neurologie et psychiatrie en France entre 1940 et 1968 : le point de vue de quelques neuropsychiatres, par Romain Schneckenburger

 

Faire entrer le point de vue du patient dans des cases : syndromes de déni et anosognosie dans la neuropsychiatrie américaine d’après-guerre, par Scott Phelps

 

Créer des « territoires de convergences » : le cas du diencéphale, par Émilie Bovet

 

Psychiatrie, neurologie et psychanalyse : Freud élève de Theodor Meynert, par Thomas Lepoutre

 

Seconde partie – Neurologie, psychiatrie, neurosciences : lieux de convergences et specificites disciplinaires

 

Perspectives neurocognitives sur un objet psychiatrique : le délire psychotique et ses spécificités cliniques, par Sarah Troubé

 

Du volontaire à l’involontaire ?  Expérimentation clinique et la reconfiguration de la continuité du moteur au mental en neurosciences, par Baptiste Moutaud

 

La perspective du rétablissement : un tournant paradigmatique en santé mentale, par Bernard Pachoud

 

Postface – Neurologie et psychiatrie : éloge d’une différence, par Bruno Falissard

Résultat de votre recherche :

Nous avons trouvé un ou plusieurs éléments correspondant à votre recherche :

Penser le soin avec Simone Weil

Dans un texte lumineux intitulé « L’amour de Dieu et le malheur », la philosophe Simone Weil pose de manière tranchante la question du soin qui peut être apporté aux êtres humains dans la plus profonde détresse. Que peut encore le soin dans ces situations extrêmes ? Touche-t-il ici ses limites ? Est-il possible d’apprendre à percevoir le malheur lui-même, qui sait si bien se rendre invisible et dont nous détournons volontiers le regard ? Les éditeurs ont demandé à des médecins, philosophes, sociologues et écrivains de proposer leur propre lecture du texte de Simone Weil. Ces éclairages à chaque fois spécifiques ouvrent sur des questions des plus contemporaines et des plus urgentes pour penser le soin. C’est également ce faisant un apport essentiel et pourtant peu connu de la pensée de Simone Weil qui est ici exploré.

Avec les contributions de Patrick Autréaux, Carole Bouleuc, Pascal David, Sylvie Dolbeault, Martin Dumont, Marion Hendrickx, Dominique Lossignol, Nicolas Marquis, Jean-Christophe Mino, Frédéric Worms, Nathalie Zaccaï-Reyners.

  Table des matières :

Introduction. Penser le soin avec (et contre) Simone Weil,

par Martin Dumont et Nathalie Zaccaï-Reyners…………………… 9

L’amour de Dieu et le malheur (1942),

par Simone Weil ……………………………….. 17

Lectures :

Le malheur, le soin, l’amour des êtres humains,

par Frédéric Worms……………………………. 75

Aller vers le lieu sans amour. Simone Weil et Claude Balier, la clinique psychiatrique des « exclus de l’humanité »,

par Marion Hendrickx ……………………….. 91

Le soin de l’âme et la vérité du malheur,

par Pascal David……………………………….. 103

Patients et soignants face au malheur,

par Carole Bouleuc…………………………….. 115

La face terrible du malheur,

par Martin Dumont…………………………… 125

De la compassion à une éthique du care. Réflexions à partir du handicap,

par Myriam Winance…………………………. 139

Soigner la détresse psychique en oncologie,

par Sylvie Dolbeault…………………………… 149

Puissances et limites de l’amour face à la répulsion. Quelques réflexions depuis les sciences humaines et sociales,

par Nathalie Zaccaï-Reyners ………………… 163

La souffrance peutelle avoir un sens ?

par Dominique Lossignol …………………….. 173

Déprise, sorcellerie et résilience,

par Nicolas Marquis…………………………… 183

Une économie du malheur ?

par Jean-Christophe Mino …………………… 195

Ouverture :

Vous aviez mon cœur…

par Patrick Autréaux………………………….. 205

Les auteurs…………………………………………… 217

Résultat de votre recherche :

Nous avons trouvé un ou plusieurs éléments correspondant à votre recherche :

Bill K.W.M. Fulford et al., La Clinique fondée sur les valeurs. De la science aux personnes (Doin)

Bonjour,
 
Nous sommes heureux de vous annoncer, dans la nouvelle collection « La Personne en médecine » chez Doin, la parution de l’ouvrage :
 

Bill K.W.M. FulfordEd PeileHeidi Carroll, La Clinique fondée sur les valeurs. De La science aux personnes, traduit sous la direction d’Arnaud Plagnol et Bernard Pachoud, Doin, 2017.

Traduction de l’édition anglaise Essentiel Values-Based-Pratice – Clinical Stories Linking with people, Cambridge University Press.

Cet ouvrage présente une approche novatrice en médecine et dans toutes les disciplines soignantes.
La clinique fondée sur les valeurs est née du constat d’une insatisfaction fréquente des patients et du malaise des praticiens dans leur exercice quotidien, de nombreux conflits survenant lors de soins devenus très techniques. Le cadre proposé dans cet ouvrage permet de répondre concrètement à ces problèmes, tout en restant compatible avec la rigueur scientifique nécessaire à la pratique des soins aujourd’hui.

Chaque chapitre, rédigé de façon très vivante, s’organise autour d’un « récit de cas » accessible sans pré-requis spécialisé.
De la médecine générale à la psychiatrie en passant par la chirurgie ou les soins palliatifs, il s’y révèle une pratique possible des soins au plus proche de la singularité de chaque malade, exercée en s’appuyant sur les ressources de la personne soignée, de ses proches, et de tous les membres des équipes soignantes, aujourd’hui multidisciplinaires.

Déjà une référence au Royaume-Uni et sur les cinq continents, La clinique fondée sur les valeurs peut intéresser un très large public : médecins des diverses spécialités et tous les professionnels intervenant dans les domaines sanitaire et médico-social (psychologues, infirmiers, éducateurs…). Rédigé comme un manuel pratique, il est également d’un intérêt majeur pour les étudiants qui se destinent à ces professions et souhaitent fonder leur vocation dans le respect des valeurs de tous.

 
Cordialement,
Céline Lefève et Bernard Pachoud, directeurs de la collection

MC philosophie de la médecine – Université Paris Diderot
Co-responsable du Programme interdisciplinaire USPC « La Personne en médecine » : lapersonneenmedecine.uspc.fr

Responsable de la plateforme « USPC Humanités médicales » : hm.uspc.fr – Facebook : USPC Humanités médicales

 

Résultat de votre recherche :

Nous avons trouvé un ou plusieurs éléments correspondant à votre recherche :

Todd Meyers, Chroniques de la maladie chronique

Todd Meyers,
Chroniques de la maladie chronique, collection Questions de soin, PUF, 2017
Pendant douze ans, Todd Meyers a observé, aux États-Unis, le quotidien de Beverly, une femme souffrant de plusieurs maladies chroniques. Il n’adopte pas la perspective du médecin ou du chercheur en santé publique, mais celle de l’anthropologue rencontrant une femme singulière et accom­pagnant son expérience. Il fait comprendre la manière dont elle donne sens à ses maladies, ses traitements, à son existence, au temps. Il raconte comment la maladie chronique s’installe dans son foyer, reconfigure les relations familiales de soin, et aggrave des situations de précarité auxquelles les services et professionnels de santé ont des difficultés à répondre.
Il décrit aussi comment la maladie chronique se conjugue au pluriel, offrant ainsi un autre regard sur la notion médicale, aujourd’hui centrale, de comorbidité.
Il fallait cette enquête au long cours pour comprendre le sens humain du « chronique ». Elle montre combien vie et maladie chronique en viennent à s’entrelacer au point de se confondre.
C’est aussi une réflexion émouvante sur la relation de l’anthropologue à son « objet » d’étude : une femme de souffrance et de chair.
Traduit de l’anglais (États-Unis) par Aude Bandini et Céline Lefève.
Todd Meyers est maître de conférences en anthropologie à New York University-Shanghai. Il est notamment l’auteur de La Clinique et ailleurs. Anthropologie et thérapeutique de l’addiction (Vrin, 2016) et codirige la collection « Forms of Living » (Fordham University Press).

Résultat de votre recherche :

Nous avons trouvé un ou plusieurs éléments correspondant à votre recherche :

Olivia Gross, L’engagement des patients au service du système de santé (Doin)

Bonjour,
 
Nous sommes heureux de vous annoncer, dans la nouvelle collection « La Personne en médecine » chez Doin, la parution de l’ouvrage :
 

Olivia Gross, L’engagement des patients au service du système de santé, Doin, 2017

• En France, près de 20% de la population vit avec au moins une maladie chronique. Le système de soins, initialement créé pour répondre aux besoins des maladies aigues se révèle inadapté pour accompagner les malades au long cours. Ce phénomène paradoxal, qualifié de non-observance ou d’inobservance, interroge. 12 000 personnes meurent chaque année en France pour avoir été inobservantes.

• L’inobservance représente un coût massif pour notre système de santé et a de lourdes conséquences sur la santé individuelle des personnes concernées, puisqu’il conduit à des complications et des ré-hospitalisations, voire à des décès.

• Le système de soins et de santé gagnerait donc à être repensé dans ses fondements, dans ses fonctionnements, dans sa gouvernance. L’auteur de cet ouvrage questionne le fait qu’il pourrait l’être par des acteurs différents. Car les acteurs traditionnels ont déjà atteint leurs limites. Et ces acteurs capables de soigner le système, ces acteurs hors normes… cela pourrait être les usagers du système de santé eux-mêmes, les patients et leurs proches.

• Ainsi, les associations de malades, mais aussi les malades eux-mêmes collaborent de plus en plus étroitement aux mesures de santé, tant sur le plan individuel que collectif. Ce livre retrace l’histoire du mouvement social qui a abouti à ce qu’usagers et professionnels de santé entreprennent des collaborations qui gomment même parfois les frontières entre eux. Il en expose les principes et rapporte les différentes formes revêtues par des collaborations qui n’ont plus de limites.

Olivia GrossDocteur en Santé Publique, Chercheuse en santé publique et en sciences de l’éducation, Laboratoire d’Educations et Pratiques de Santé, EA3412 – UFR de Santé, Médecine et Biologie Humaine, Université Paris 13 Bobigny

http://www.jle.com/fr/ouvrages/e-docs/lengagement_des_patients_au_service_du_systeme_de_sante_309889/ouvrage.phtml

Cordialement,
Céline Lefève & Bernard Pachoud, directeurs de la collection


MC philosophie de la médecine – Université Paris Diderot
Co-responsable du Programme interdisciplinaire USPC « La Personne en médecine » : lapersonneenmedecine.uspc.fr
Responsable de la plateforme « USPC Humanités médicales » : hm.uspc.fr – Facebook : USPC Humanités médicales

 

Résultat de votre recherche :

Nous avons trouvé un ou plusieurs éléments correspondant à votre recherche :

Essais précoces en cancérologie Ethique et justice

Les essais précoces sont les tests de première administration d’une molécule chez l’être humain. En cancérologie, les essais précoces modernes sont « ciblés » : identifiées comme candidates crédibles par des techniques bio-informatiques, les molécules à l’essai visent des cibles protéiques anormales caractéristiques de tel type moléculaire de tumeur. L’imagerie fonctionnelle permet d’observer si elles atteignent leur cible, si la tumeur diminue. Les essais précoces ciblés sont au cœur de la médecine « personnalisée », c’est-à-dire des nouvelles stratégies de traitement sur mesure selon le profil moléculaire de la tumeur d’un individu donné.

Les essais précoces sont une voie d’accès à l’innovation thérapeutique pour les malades et une option de la prise en charge médicale qui peut être proposée bien avant les situations d’impasse thérapeutique avec les traitements classiques.

En cela, ils posent une multitude de questions nouvelles qui interrogent bien au-delà des essais en cancérologie. Comment allouer les places de manière juste ? Faut-il repenser la distinction fondatrice entre soins et recherche, centrale pour l’éthique et pour la réglementation ? Avec quelles conséquences sur la pratique clinique ?

L’ouvrage, rédigé à l’issue d’un colloque au Collège de France par les spécialistes les plus en pointe sur ces questions – cancérologues, biologistes, philosophes, sociologues et juristes – apporte d’abord une clarification des notions en jeu : essais précoces, médecine « personnalisée », thérapeutiques « ciblées ». Les questions de justice que soulèvent ces essais sont ensuite exposées et discutées de manière particulièrement claire. Pour nourrir un débat que le progrès des techniques rend chaque jour plus urgent.

Résultat de votre recherche :

Nous avons trouvé un ou plusieurs éléments correspondant à votre recherche :

Self-Medication and Society: Mirages of Autonomy

The question of recourse to self-medication arises at the intersection of two partly antagonistic discourses: that of the public authorities, who advocate the practice primarily for economic reasons, and that of health professionals, who condemn it for fear that it may pose a danger to health and dispossess the profession of expertise. This books examines the reality of self-medication in context and investigates the social treatment of the notion of autonomy ever present in the discourses promoting this practice.

Drawing on fieldwork conducted in France, the author examines the material, cognitive, symbolic and social dimensions of the recourse to self-medication, considering the motivations and practices of the subjects and what these reveal about their relationship with the medical institution, while addressing the question of open access to medicines – a subject of heated debate between the actors concerned on themes such as competence, knowledge and responsibility.

A rigorous analysis of the strategies adopted by individuals to manage the risks of medicines and increase their efficacy, Self-Medication and Society will appeal to sociologists and anthropologists with interests in health, illness, the body and medicine.