Tous les articles par La personne en médecine

Résultat de votre recherche :

Nous avons trouvé un ou plusieurs éléments correspondant à votre recherche :

« Devenir médecin », mardi 14 mars 2017 sur France 2, de Nicolas Frank et Bruno Joucla

SUIVI D’UN DÉBAT SUR LES ÉTUDES MÉDICALES.

 

Devenir médecin croise les itinéraires et les voix de quatre étudiants de médecine de l’université Paris Diderot.

 

Une université de la vie, où les malades ne ressemblent pas toujours aux cas cliniques décrits dans les livres. Des bancs de la faculté à l’internat, la confrontation à la souffrance et à la mort, la complexité des situations émeuvent ces jeunes, interrogent leur vocation, suscitent leurs questionnements sur les pratiques, l’organisation et le sens du soin.

 

Elise, externe en maladies infectieuses à Saint-Louis, découvre la diversité des patients et la délicatesse des relations de soin : « Je pensais que la difficulté, c’était le diagnostic. Je ne pensais pas que les patients, c’était une difficulté ».

 

Joan est interne dans un hôpital près de Nantes : patients âgés ou précarisés pour lesquels l’hôpital ne peut finalement pas grand chose – sinon traiter la phase aigüe d’un problème plus vaste.

 

Nina, en réanimation à Lariboisière, s’interroge sur le juste équilibre entre l’empathie et la nécessité de « se blinder »Yassine est interne en chirurgie à Ambroise Paré. Au bloc, se transmettent, au fil du compagnonnage, aussi bien les gestes opératoires que le récit des mutations de l’hôpital.

 

C’est également dans les enseignements de philosophie du soin donnés par Céline Lefève que la médecine leur apparaît non seulement comme une somme de sciences appliquées, mais aussi comme une pratique éthique, dont la formation doit davantage inclure les enjeux sociaux, organisationnels et relationnels.

 

Pour voir le replay :

http://pluzz.francetv.fr/videos/infrarouge_,155097491.html
http://pluzz.francetv.fr/videos/infrarouge_,154747335.html

Résultat de votre recherche :

Nous avons trouvé un ou plusieurs éléments correspondant à votre recherche :

Conférences de la Nuit des Idées à l’AP-HP, le 27 janvier 2017

– Génération réenchantée : les chroniques du progrès, Etienne Grass, directeur du pilotage de la transformation de l’AP-HP
– La personne en médecine, Céline Lefève, maître de conférences en philosophie de la médecine à l’Université Paris-Diderot
– Ethique et extrême prématurité, Pr Pierre-Henri Jarreau, chef du service de médecine et réanimation néonatale de Port-Royal, hôpital Cochin AP-HP
– Ethique et fin de vie, Dr Véronique Fournier, directrice du centre d’éthique clinique de l’hôpital Cochin, AP-HP et présidente du centre national des soins palliatifs et de la fin de vie
– Accompagner la transition ado-jeunes adultes à l’hôpital, Dr Nizar Malhaoui, responsable de l’unité Immunologie-hématologie pédiatrique à l’hôpital Necker-enfants malades AP-HP et coordinateur médical de La Suite
– Le patient acteur de la recherche, l’exemple de la cohorte Compare, Pr Philippe Ravaud, directeur du Centre d’épidémiologie clinique de l’Hôtel-Dieu, AP-HP

 

Accèder à la vidéo : https://www.youtube.com/watch?v=tOx3ol0dCLE

Résultat de votre recherche :

Nous avons trouvé un ou plusieurs éléments correspondant à votre recherche :

La place de l’industrie pharmaceutique dans la pratique et la formation médicales – 13 janvier 2017 à 14h

Nous sommes heureux de vous convier à la troisième séance du Séminaire international « Humanités Médicales »,
« La place de l’industrie pharmaceutique dans la pratique et la formation médicales »
Avec Nils Kessel (historien — Paris-Est Marne-la-Vallée) et Paul Scheffer (sciences de l’éducation — Paris 8 et association FORMINDEP)
La séance aura lieu le 13 janvier de 14 h à 17 h en salle du conseil de l’UFR de médecine de Paris 7 – 10 avenue de Verdun Paris 10e

Titres et résumés des interventions seront diffusés ultérieurement.
Ce séminaire est organisé par le Programme interdisciplinaire USPC « La Personne en médecine » avec la collaboration du projet GIGS (Spiral – Université de Liège).


Ce séminaire est ouvert à tous, mais intéressera plus particulièrement les personnes dont médecine et soin constituent une pratique et/ou un objet de recherche (professionnels de santé, chercheurs et étudiants en médecine, chercheurs en sciences humaines et sociales).

L’argument et le programme complet du séminaire sont consultables ici.

Contact pour toute question : ariane.brehier@univ-paris-diderot.fr  ; alexis.zimmer@univ-paris-diderot.fr

Bien cordialement,
Céline Lefève, François Thoreau & Alexis Zimmer 

 

Alexis Zimmer, PhD
Post-doctoral researcher
Institut des Humanités de Paris — USPC « La personne en médecine »
alexis.zimmer@univ-paris-diderot.fr

Résultat de votre recherche :

Nous avons trouvé un ou plusieurs éléments correspondant à votre recherche :

Maladies chroniques : enjeux de justice – enjeux politiques – 20 janvier 2017 à 14h

Le Programme interdisciplinaire USPC « La Personne en médecine » et l’Espace de recherche et d’information sur la greffe hépatique de l’Hôpital Beaujon, en partenariat avec les Hôpitaux Paris Nord et la Chaire « Philosophie à l’hôpital » (AP-HP), vous invitent à la troisème séance du séminaire « Philosophie de la maladie chronique » 
 
qui aura lieu le vendredi 20 janvier 2017 
 
à l’hôpital Beaujon
amphithéâtre Jean-Pierre Benhamou (bibliothèque Abrami)
100 bvd du général Leclerc 92110 CLICHY.
 
Nous aurons le plaisir d’entendre Daniel Weinstock (Directeur de l’Institut de politiques sociales et de santé de l’Université McGill et Professeur à la Faculté de Droit) et Valérie Gateau (Chercheur à l’ERI Hôpital Beaujon Centre Canguilhem post-doctorante du programme USPC La Personne en médecine) sur le thème :
 
« Maladies chroniques : enjeux de justice, enjeux politiques ».
 
Ce séminaire est ouvert à tous les professionnels de santé (médicaux et para-médicaux), aux étudiants et aux administratifs. Il a lieu un vendredi tous les deux mois de 14h à 15h30, alternativement sur les sites Beaujon et Bichat. 
 
N’hésitez pas à diffuser dans vos réseaux et à toute personne intéressée.
Informations : lapersonneenmedecine.uspc.fr 
 
Programme :
 
 – Vendredi 14 octobre, Beaujon, Séance 1 : « Introduction : médecine et philosophie », Cynthia Fleury (Philosophe, Hôtel Dieu) & Fréderic Worms (Pr. de philosophie, ENS).
 – Vendredi 18 novembre, Bichat, Séance 2 :  » Le soin et les morales de la compassion« , Anne Fagot-Largeault (Collège de France, Chaire de Philosophie des Sciences Biologiques et Médicales, Paris) et Karim Sacré (PU-PH, Service de Médecine Interne, Hôpital Bichat / Université Paris Diderot) 
– Vendredi 20 janvier, Beaujon, Séance 3 : « Maladie chroniques, enjeux de justice et enjeux politiques », Daniel Weinstock (Directeur de l’Institut de politiques sociales et de santé de l’Université McGill et Professeur à la Faculté de Droit) & Valérie Gateau (Espace de recherche et d’information sur la greffe hépatique, Hôpital Beaujon/Programme interdisciplinaire USPC La Personne en médecine)
– Vendredi 3 mars, Bichat, Séance 4 : « Maladies chroniques : pour une médecine de la personne », Gérard Reach (Pr émérite de diabétologie, Université Paris 13)
– Vendredi 28 avril, Beaujon, Séance 5 : « Maladie chronique et greffe d’organes », Christian Baudelot (Pr émérite de sociologie, ENS) & Philippe Steiner (Pr de sociologie, Université Paris 4)
– Vendredi 12 mai, Bichat, Séance 6 : « La médecine fondée sur les valeurs », Bill Fulford (Philosophe et psychiatre, University of Oxford) (séance à confirmer)
– Vendredi 30 juin, Beaujon, Séance 7 : « Maladies chroniques de l’enfance », Karl-Léo Schwering (Pr de psychopathologie, Université Paris 13)
 
 
Avec les progrès médicaux et l’allongement de la durée de la vie, les maladies chroniques voient s’élargir leurs contours. Elles renvoient désormais à certaines pathologies qui en sont comme les figures historiques (diabète, insuffisance rénale, troubles mentaux) mais aussi à de nouvelles allures de vie liées à un traitement médical (greffe, après cancer) ou encore à des maladies rares autrefois létales. Au-delà de ces nouvelles définitions épistémologiques, le terme de « maladie chronique » continue d’être traversé par des sens différents selon que l’on adopte le point de vue du médecin, qui peut parfois s’arrêter à l’évolution des symptômes et des traitements, ou que l’on adopte celui de la personne malade qui ne se réduit pas à son statut de patient et dont la vie excède la médicalisation de sa maladie. 
Ainsi les maladies chroniques font voir à ceux qu’elles affectent et à ceux qui les soignent la vie sous un autre jour, dans ses dimensions tant existentielles et sociales que corporelles et psychiques. « Vivre avec une maladie chronique » – selon l’expression désormais consacrée et dont il faut peut-être mesurer l’euphémisation – consiste dans la recherche précaire d’une norme de vie qui concilie vulnérabilité et autonomie, et dans la négociation permanente entre des mondes et des rôles sociaux différents, entre les exigences de la vie ordinaire (familiale, sociale, etc.) et les contraintes imposées par la maladie et la médecine. Ces maladies signifient également la reconfiguration voire l’émergence de nouveaux rapports à soi et au temps. Elles sont à l’origine de sentiments et de savoirs, d’expériences et de pratiques très divers selon les individus et selon les moments de la maladie. 
Enfin, elles nécessitent des prises en charge impliquant la mise en réseau de nombreux professionnels médicaux, para-médicaux et médico-sociaux, à l’hôpital et en ville. Elles requièrent par conséquent de repérer les besoins, expériences et pratiques qui leur sont spécifiques, ainsi que la façon dont elles reformulent la réflexion éthique (axiologique et normative) sur la médecine et la maladie. L’enjeu est d’adapter au mieux le soin médical à ces situations, dans une démarche attentive aux contraintes, valeurs et normes de l’ensemble des acteurs.
 
Bien cordialement, 
 
Céline Lefève
MC philosophie de la médecine – Université Paris Diderot
Co-responsable du Programme interdisciplinaire USPC « La Personne en médecine » 
Responsable du Projet pédagogique innovant « USPC Humanités médicales » 
Directrice du Centre Georges Canguilhem, chercheuse affectée SPHERE
 
Valérie Gateau
Chercheur à l’Espace de Recherche et d’Information sur la Greffe Hépatique (ERI)
Centre Georges Canguilhem et Hôpital Beaujon.
Post-doctorante du Programme interdisciplinaire Université Sorbonne Paris Cité « La Personne en médecine »

 

Résultat de votre recherche :

Nous avons trouvé un ou plusieurs éléments correspondant à votre recherche :

Regards croisés sur la santé et la maladie

Présentation de l’éditeur:

Cet ouvrage est né de la rencontre et de la discussion entre des anthropologues et des médecins impliqués dans des activités de recherche en milieu clinique. Une demande croissante de ces cliniciens et des épidémiologistes émerge afin de développer des volets qualitatifs au sein de leurs recherches, sans qu’ils aient pour autant une idée claire des apports spécifiques que la connaissance anthropologique pourrait leur apporter, d’autant que nombre de recherches qualitatives ne présentent aucune dimension anthropologique. Est-il alors indispensable de faire appel à un anthropologue pour effectuer de telles recherches, plutôt qu’à des personnes moins spécialisées (Master de santé publique, par exemple), ou à des médecins rompus aux méthodologies qualitatives ? Comment développer des regards croisés sur un même objet dans une perspective pluridisciplinaire, alors que le poids de chaque discipline n’est pas toujours équivalent, et comment articuler les différents points de vue ? L’objet de cet ouvrage est donc de clarifier autour de plusieurs exemples de recherches les multiples mais non moins spécifiques contributions de l anthropologie clinique, ainsi que les modes de coopération entre anthropologie et clinique.

 

Contributeurs & Table des matières
Préface Corinne Alberti
Introduction
Desprès C., Gottot S., Mellerio H., Teixeira M.

 

I/ Réflexions autour d’un objet de recherche à négocier
De l’affliction à la clinique…, Maria Teixeira
L’anthropologie et la clinique…, Sylvie Fortin et Geneviève Dorval
Quelle place pour les anthropologues dans la recherche clinique?, Aline Chassagne et Aurélie Godard-Marceau,

 

II/ Recherches anthropologiques et recherches cliniques: entre co-construction et indépendance
II.1/ Une approche co-construite

Mise en place d’une recherche anthropologique en contexte clinique…, Caroline Giacomoni,Hélène Hoarau et Elisa Venturini
Comment pratiquer une socio-anthropologie « impliquée »…? , Agnès Lainé
Inclure un patient dans un essai thérapeutique…,Clémentine Raineau et Denis Pezet
Apport de l’anthropologie à la clinique pour l’adaptation de la prise en charge du risque de Maladie Veineuse Thrombo-Embolique, Claudie Haxaire, Francis Couturaud et Christophe Leroyer
La recherche anthropologique en partenariat…, Josiane Le Gall

 

II.2/ Une approche indépendante
« Avant les traitements, je ne me sentais pasmalade »…, Alice Péters
« La chimiothérapie, c’est l’inconnu »…, Armelle Lorcy
Entre droit des patients et gestion des risques en obstétrique…, Mathieu Azcue
VIH et hépatite B chronique chez des migrants subsahariens…, Dolorès Pourette et Laura Dalsheimer
« Il faut me dire la vérité si j’ai un cancer ! »…, Mathilde Couderc

 

III/ Recherches anthropologiques à la marge de la clinique biomédicale
Conduire ou ne pas conduire ?…, Caroline Desprès et Benoît Eyraud
L’infertilité dans le contexte de la sorcellerie…, Déborah Kessler-Bilthauer
Le corps, le cadre et la parole…, Lucia Candelise et Gilles Remillet

Si vous avez besoin d’autres renseignements n’hésitez pas à me contacter
Merci à vous et belle journée
Maria Teixeira

 

 

Maria Teixeira
MCF en anthropologie sociale
Univ. Denis Diderot – Paris 7 – UFR de Médecine
UMR 1123 ECEVE – INSERM
10 av. de Verdun 75010 Paris
Bureau: 01-57-27-84-53 / Secrétariat: 01-57-27-86-80

Résultat de votre recherche :

Nous avons trouvé un ou plusieurs éléments correspondant à votre recherche :

Le Soin. Approches contemporaines

dir. C. Lefève, J. -C. Mino, N. Zaccaï-Reyners, dans la collection « Questions de soin » aux Presses universitaires de France. Ce nouveau recueil vient compléter Les Classiques du soin, parus l’an dernier.

Il comporte des textes de P. Autréaux, C. Bernard, Evidence-Based Medicine Working Group, F. Davoine, F. Fanon, E. Feder Kittay, S. Freud, K. Goldstein, M. Henry, I. Illich, D. Leader, J. Livingston, J.-L. Nancy, F. Nietzsche, E. Minkowski, J. Oury, M. Rapin, A. Sayad, J. Shay, J. Tronto.

Commentés par F. Ansermet, L. Benaroyo, P. Bizouarn, N. Eggert, E. Fournier, G. Lachenal, C. Lefève, Cl. Marin, N. Marquis, J.- C. Mino, S. Musso, P. Molinier, V.-K. Nguyen, P. Paperman, C. Vollaire, F. Worms, N. Zaccaï-Reyners.

 

 

RÉSUMÉ

Depuis Claude Bernard jusqu’à la médecine fondée sur les preuves, quelle place la médecine scientifique fait-elle à la clinique et au soin du patient individuel ? De Freud à la prise en charge des vétérans souffrant de stress post-traumatique, en quoi le soin psychique permet-il de mieux comprendre la vie quotidienne avec la maladie et de questionner les critères du « bon soin » bien au-delà de la santé mentale ? De la compassion critiquée par Nietszche à la reconnaissance de la vulnérabilité et de l’interdépendance des sujets promue par les éthiques du care, quelles sont les valeurs fon­datrices du soin ? En quoi les savoirs médicaux, les relations sociales et les choix économiques les mettent-ils à l’épreuve, au point de faire parfois basculer le soin en son envers fait de domination et d’exclusion ?
De Franz Fanon à Joan Tronto, les approches contemporaines du soin offertes ici ancrent le questionnement éthique dans les analyses anthropologiques et politiques dont il a résolument besoin.

 

 

CARACTÉRISTIQUES

Broché: 240 pages
Editeur : PRESSES UNIVERSITAIRES DE FRANCE – PUF (24 août 2016)
Collection : Questions de soin
Langue : Français
ISBN-10: 2130750184
ISBN-13: 978-2130750185
Dimensions du produit: 17,7 x 1,8 x 11,6 cm

Prix : 14€

 

 

Sommaire

Introduction
Première partie. Soin, médecine et science
Michel Henry. Le corps vivant, par Jean-Christophe Mino
Claude Bernard. La clinique : vestibule de la médecine scientifique ?, par Céline Lefève
Kurt Goldstein. La médecine en dialogue avec la vie : l’approche de l’anthropologie clinique des années 1930, par Lazare Benaroyo
Maurice Rapin. Deux scènes fondatrices oubliées de la biomédecine, par Jean-Christophe Mino
Evidence Based Medicine Working Group. EBM, un nouveau paradigme ?, par Philippe Bizouarn
Jean-Luc Nancy. Quel étrange moi !, par Claire Marin
Deuxième partie. Soin et folie
Sigmund Freud. Impasses de la furor sanandi, par François Ansermet
Eugène Minkowski. Vision directe de la vie. Au-delà des doctrines, par Frédéric Worms
Jean Oury. Alors, la vie quotidienne ?, par Pascale Molinier
Darian Leader. Being mad, going mad, par Nicolas Marquis
Françoise Davoine, Jonathan Shay, Patrick Autéaux. Littérature et therapôn. Achille, Don Quichotte et les troubles de stress post-traumatiques, par Nathalie Zaccaï-Reyners
Troisième partie. Sociétés, politiques et valeurs du soin
Friedrich Nietzsche. Savoir se garder de compatir, par Emmanuel Fournier
Frantz Fanon. La médecine coloniale et le « syndrôme nord-africain », par Vinh-Kim Nguyen
Ivan Illich. La médicalisation de la vie, par Christiane Vollaire
Abdelmaleck Sayad. Les corps de l’« immigré », par Sandrine Musso
Julie Livingston. Partager le soin, contourner le patient : pronostic et cancer dans un hôpital africain, par Guillaume Lachenal
Joan Tronto. Le care, une exigence politique, par Nadja Eggert
Eva Feder Kittay. Une éthique de la vie, par Patricia Paperman

Résultat de votre recherche :

Nous avons trouvé un ou plusieurs éléments correspondant à votre recherche :

Corps d’outrance

Souffrance de la maladie grave à l’hôpital

 

Karl-Leo Schwering

S’approprier son corps, faire sienne sa maladie, garder le lien avec sa vie : c’est tout l’enjeu lorsqu’en raison d’une maladie grave le corps perd de sa familiarité, lorsqu’il se manifeste dans son étrangeté,
lorsque les médecins et les soignants finissent par mieux le connaître et le soigner que nous-mêmes ou nos proches. Comment, dans ces conditions, rester soi-même ? Comment regagner sa souveraineté subjective et narcissique ? La réponse à ces questions exige d’étudier les processus psychiques à l’œuvre dans la maladie grave, et en particulier ceux qui relancent la subjectivité.

Ce travail d’appropriation signifie, pour le patient, de subvertir les éprouvés provoqués par la maladie et les traitements, afin de reconstruire un corps sensoriel et libidinal auquel il pourra de nouveau s’identifier. C’est grâce à cette « subversion libidinale » qu’il parviendra à raconter ce corps, cette maladie, ces traitements, de sorte qu’ils prennent un sens dans sa vie et dans son histoire.

208 pages – 26 € Parution le 16 septembre 2015

 


Karl-Leo Schwering est docteur en psychologie, psychanalyste et psychothérapeute. Maître de conférences en psychologie clinique et psychopathologie à l’université Paris Diderot et directeur de recherche au CRPMS (Centre de recherche psychanalyse, médecine et société), il est formateur en psychanalyse d’enfants au centre Chapelle-aux-Champs de l’université de Louvain.

Résultat de votre recherche :

Nous avons trouvé un ou plusieurs éléments correspondant à votre recherche :

Les Classiques du soin

RÉSUMÉ

 

Si la notion de soin est apparue récemment dans les débats d’éthique médicale, de philosophie politique et de sciences sociales, la question du soin, elle, irrigue depuis toujours la philosophie : soin de l’âme et de la cité. Cet ouvrage présente les grands textes philosophiques et littéraires permettant d’appréhender la polysémie du soin et les paradoxes qui le travaillent : souci éthique et réponse technique aux besoins de celui qui souffre ; raison d’être et parfois point aveugle de la médecine ; relation entremêlant compétences, imaginaire et affects ; mouvement d’inclusion et risque de normalisation ou d’exclusion sociale. Il met au jour la façon dont les questions qui animent les relations et les pratiques de soin ne cessent d’interroger et de nourrir la philosophie et la médecine. Proposant pour chaque texte un commentaire pédagogique rédigé par un médecin ou un philosophe, il sera utile aux étudiants de philosophie, aux étudiants de médecine et à tous les professionnels de santé désireux de mieux saisir les enjeux éthiques et relationnels du soin.

 

Sous la direction de

Céline Lefève, Lazare Benaroyo et Frédéric Worms

 

CARACTÉRISTIQUES

Nombre de pages : 240

Code ISBN : 978-2-13-072988-4

Numéro d’édition : 1

Format : 11.5 x 17.6 cm

Prix : 14€

 

Sommaire

Introduction : Des classiques du soin

 

Première partie : Le soin chez les classiques

Hippocrate. Le médecin face à la maladie, ? par Denise Vincenti

Aristote. Care et politique, ? par Joan Tronto
Pierre Hadot. Soin de soi, médecine? et philosophie, ? par Frédéric Worms
Montaigne. Médecin de soi-même, ? par Claire Marin

John Locke. Limites de l’anatomie? et art médical,? par Claire Crignon

Léon Tolstoï, Jacques Lusseyran, ?Siri Hustvedt. Être là, ? par Jean Claude Ameisen

 

Deuxième partie : Les réflexions fondatrices

Michael Balint. La fonction apostolique ? du médecin, ? par Jean-Christophe Mino

Georges Canguilhem. Se projeter en ?situation de malade, ? par Céline Lefève

Emmanuel Levinas. La vocation médicale ?de l’homme, ? par Lazare Benaroyo

Paul Ricœur. Le triptyque de la relation médicale,? par Didier Sicard

Hans Jonas. Respect de la personne et besoins ? des malades (le cas de la mort cérébrale), ? par Valérie Gateau

Fritz Zorn. De la maladie au soin de soi, ? par Jean-Marc Mouillie

 

Troisième partie : Classiques d’aujourd’hui

Michel Foucault. Les deux sens de la clinique, par Frédéric Worms

Erving Goffman. Ce que l’institution fait? aux personnes, par Nathalie Zaccaï-Reyners

Anselm Strauss. La trajectoire de maladie, par Jean-Christophe Mino

Oliver Sacks. Voir le malade tel qu’il est, par Claire Marin

Annemarie Mol. S’abandonner activement, par Céline Lefève

Susan Sontag. Au soin de l’insensé, par Philippe Forest

 

Ce recueil de grands textes de médecine, de littérature, de philosophie et de sciences sociales révèle combien l’expérience de la maladie et du soin, qui était déjà au coeur de la pensée la plus classique, est désormais classique pour la pensée la plus contemporaine.

 

Il offre une vue panoramique des questions relatives aux soins soin, saisies dans leur intemporalité et leur actualité. Sujets vulnérables, de quoi avons-nous le plus besoin ? Comment vivons-nous et agissons-nous avec la maladie ? Quels sens lui donnons-nous ? Peut-on être médecin de soi-même? Quels affects les relations de soin mobilisent-elles ?

 

Quelles vertus morales et quelles institutions sociales requièrent-elles ? La médecine parvient-elle à articuler art de soigner et science de la vie ? En quoi le soin ébranle-t-il nos conceptions de la justice et du politique ?

 

Ce volume met ainsi au jour les tensions profondes du soin : geste technique et relation éthique ; souci de soi et présence à l’autre ; quête de sens et travail ; solidarité et risque d’exclusion ; raison d’être ou point aveugle de la médecine. Chaque texte est accompagné d’un commentaire bref et clair qui s’adresse tant aux étudiants de philosophie qu’aux étudiants de médecine et aux futurs professionnels de santé (notamment aux étudiants de Première Année Commune des Études de Santé).

 

Au delà, cet ouvrage orientera dans la pensée ceux qui s’intéressent aux dimensions épistémologiques, éthiques et sociales du soin.

 

Céline Lefève, directrice du Centre Georges Canguilhem, est maître de conférences à l’université Paris Diderot où elle enseigne la philosophie aux étudiants de médecine. Elle est l’auteure de Devenir médecin (Puf, 2012).

 

Lazare Benaroyo est professeur d’éthique et philosophie de la médecine et directeur d’Ethos, plateforme interdisciplinaire d’éthique de l’université de Lausanne. Il a codirigé avec C. Lefève, J.-C. Mino et F. Worms, La Philosophie du soin (Puf, 2010).

 

Frédéric Worms est professeur de philosophie et directeur du Centre international d’études de la philosophie française contemporaine à l’École normale supérieure. Il est notamment l’auteur de Soin et politique (Puf, 2012) et codirecteur, avec C. Marin, de À quel soin se fier ? Conversations avec Winnicott (Puf, 2015).