• Est-il possible et comment de dépasser la contradiction entre la « nécessité » de soigner ces personnes et le respect dû à leur liberté,?
  • Est-il possible et comment de dépasser la contradiction entre la « nécessité » de soigner  ces personnes et le respect dû à  leur liberté,?

    Est-il possible et comment de dépasser la contradiction entre la « nécessité » de soigner ces personnes et le respect dû à leur liberté,?

    Le vendredi 08 décembre 2017

     

     

    Du serment d’Hippocrate aux textes récents sur les droits des malades en passant par le code de déontologie médicale, le consentement du patient est considéré comme un prérequis incontournable en médecine et le socle de toute  relation médecin-malade. Or, il semble qu’en psychiatrie, l’hospitalisation sans consentement soit parfois nécessaire. En tout cas, elle est possible et encadrée par la loi. Cette exception dans le domaine du soin pose de nombreuses questions éthiques, dont celle, centrale, de savoir comment respecter  l’autonomie d’une personne, justement atteinte d’une « maladie » susceptible d’affecter son autonomie.

     

    Le vendredi 8 décembre 2017,

    Le Centre d’éthique clinique de l’AP-HP vous propose une journée autour des  résultats d’une étude qu’il a menée sur ce sujet, en allant  à la rencontre des personnes concernées,  notamment les patients. Le débat portera plus précisément sur la  question suivante : Est-il possible et comment de dépasser la contradiction entre la « nécessité » de soigner  ces personnes et le respect dû à  leur liberté,?

     

    Nous serons très heureux de vous y accueillir !

        N’hésitez pas à faire circuler cette information autour de vous !

     

    Le programme détaillé vous sera envoyé ultérieurement

    Informations et inscriptions obligatoires : cynthia.le-bon@aphp.fr

    01 58 41 23 55

     

     

    Cynthia LE BON

    Chargée de mission

    Centre d’éthique clinique

    01 58 41 23 55

    cynthia.le-bon@aphp.fr