• OMERTA À L’HÔPITAL. Le livre noir des maltraitances faites aux étudiants en santé

    Posté le 31 mars, 2017 | Catégorie : Actualités, Publications.

    En 2013, l’unique enquête nationale réalisée auprès de 1472 étudiants en médecine a permis de chiffrer les violences qu’ils subiraient durant leurs études : plus de 40 % d’entre eux ont déclaré avoir été confrontés personnellement à des pressions psychologiques, 50 % à des propos sexistes, 25 % à des propos racistes, 9 % à des violences physiques et près de 4% à du harcèlement sexuel. De même, 85,4 % étudiants en soins infirmiers considèrent que la formation est vécue comme violente dans la relation avec les équipes encadrantes en stage.

    Pour mieux comprendre cette souffrance, Valérie Auslender a lancé un appel à témoins en août 2015 et recueilli plus d’une centaine de témoignages d’étudiants en professions de santé.

    Neuf experts proposent ensuite des pistes de réflexion : Didier Sicard, professeur émérite à l’université Paris Descartes et président d’honneur du Comité consultatif national d’éthique ; Christophe Dejours, psychiatre, psychanalyste et expert de la souffrance au travail ; Cynthia Fleury-Perkins, philosophe, psychanalyste et professeur à l’American University of Paris ; Céline Lefève, philosophe et maître de conférences en philosophie de la médecine ; Olivier Tarragano, psychiatre, psychanalyste et directeur du Pôle Santé de Sciences Po ; Gilles Lazimi, médecin généraliste et membre de la commission santé du Haut Conseil de l’Égalité entre les femmes et les hommes ; Emmanuelle Godeau, médecin de santé publique, anthropologue et chercheur à l’Inserm ; Bénédicte Lombart, infirmière, cadre de santé et docteure en philosophie pratique et éthique hospitalière ; Isabelle Ménard, infirmière puéricultrice et formatrice en institut de formation en soins infirmiers.

  • La place de l’industrie pharmaceutique dans la pratique et la formation médicales – 13 janvier 2017 à 14h

    Posté le 15 décembre, 2016 | Catégorie : Actualités.

    Nous sommes heureux de vous convier à la troisième séance du Séminaire international « Humanités Médicales »,
    « La place de l’industrie pharmaceutique dans la pratique et la formation médicales »
    Avec Nils Kessel (historien — Paris-Est Marne-la-Vallée) et Paul Scheffer (sciences de l’éducation — Paris 8 et association FORMINDEP)
    La séance aura lieu le 13 janvier de 14 h à 17 h en salle du conseil de l’UFR de médecine de Paris 7 – 10 avenue de Verdun Paris 10e

    Titres et résumés des interventions seront diffusés ultérieurement.
    Ce séminaire est organisé par le Programme interdisciplinaire USPC « La Personne en médecine » avec la collaboration du projet GIGS (Spiral – Université de Liège).


    Ce séminaire est ouvert à tous, mais intéressera plus particulièrement les personnes dont médecine et soin constituent une pratique et/ou un objet de recherche (professionnels de santé, chercheurs et étudiants en médecine, chercheurs en sciences humaines et sociales).

    L’argument et le programme complet du séminaire sont consultables ici.

    Contact pour toute question : ariane.brehier@univ-paris-diderot.fr  ; alexis.zimmer@univ-paris-diderot.fr

    Bien cordialement,
    Céline Lefève, François Thoreau & Alexis Zimmer 

     

    Alexis Zimmer, PhD
    Post-doctoral researcher
    Institut des Humanités de Paris — USPC « La personne en médecine »
    alexis.zimmer@univ-paris-diderot.fr

  • Maladies chroniques : enjeux de justice – enjeux politiques – 20 janvier 2017 à 14h

    Posté le 15 décembre, 2016 | Catégorie : Actualités.

    Le Programme interdisciplinaire USPC « La Personne en médecine » et l’Espace de recherche et d’information sur la greffe hépatique de l’Hôpital Beaujon, en partenariat avec les Hôpitaux Paris Nord et la Chaire « Philosophie à l’hôpital » (AP-HP), vous invitent à la troisème séance du séminaire « Philosophie de la maladie chronique » 
     
    qui aura lieu le vendredi 20 janvier 2017 
     
    à l’hôpital Beaujon
    amphithéâtre Jean-Pierre Benhamou (bibliothèque Abrami)
    100 bvd du général Leclerc 92110 CLICHY.
     
    Nous aurons le plaisir d’entendre Daniel Weinstock (Directeur de l’Institut de politiques sociales et de santé de l’Université McGill et Professeur à la Faculté de Droit) et Valérie Gateau (Chercheur à l’ERI Hôpital Beaujon Centre Canguilhem post-doctorante du programme USPC La Personne en médecine) sur le thème :
     
    « Maladies chroniques : enjeux de justice, enjeux politiques ».
     
    Ce séminaire est ouvert à tous les professionnels de santé (médicaux et para-médicaux), aux étudiants et aux administratifs. Il a lieu un vendredi tous les deux mois de 14h à 15h30, alternativement sur les sites Beaujon et Bichat. 
     
    N’hésitez pas à diffuser dans vos réseaux et à toute personne intéressée.
    Informations : lapersonneenmedecine.uspc.fr 
     
    Programme :
     
     – Vendredi 14 octobre, Beaujon, Séance 1 : « Introduction : médecine et philosophie », Cynthia Fleury (Philosophe, Hôtel Dieu) & Fréderic Worms (Pr. de philosophie, ENS).
     – Vendredi 18 novembre, Bichat, Séance 2 :  » Le soin et les morales de la compassion« , Anne Fagot-Largeault (Collège de France, Chaire de Philosophie des Sciences Biologiques et Médicales, Paris) et Karim Sacré (PU-PH, Service de Médecine Interne, Hôpital Bichat / Université Paris Diderot) 
    – Vendredi 20 janvier, Beaujon, Séance 3 : « Maladie chroniques, enjeux de justice et enjeux politiques », Daniel Weinstock (Directeur de l’Institut de politiques sociales et de santé de l’Université McGill et Professeur à la Faculté de Droit) & Valérie Gateau (Espace de recherche et d’information sur la greffe hépatique, Hôpital Beaujon/Programme interdisciplinaire USPC La Personne en médecine)
    – Vendredi 3 mars, Bichat, Séance 4 : « Maladies chroniques : pour une médecine de la personne », Gérard Reach (Pr émérite de diabétologie, Université Paris 13)
    – Vendredi 28 avril, Beaujon, Séance 5 : « Maladie chronique et greffe d’organes », Christian Baudelot (Pr émérite de sociologie, ENS) & Philippe Steiner (Pr de sociologie, Université Paris 4)
    – Vendredi 12 mai, Bichat, Séance 6 : « La médecine fondée sur les valeurs », Bill Fulford (Philosophe et psychiatre, University of Oxford) (séance à confirmer)
    – Vendredi 30 juin, Beaujon, Séance 7 : « Maladies chroniques de l’enfance », Karl-Léo Schwering (Pr de psychopathologie, Université Paris 13)
     
     
    Avec les progrès médicaux et l’allongement de la durée de la vie, les maladies chroniques voient s’élargir leurs contours. Elles renvoient désormais à certaines pathologies qui en sont comme les figures historiques (diabète, insuffisance rénale, troubles mentaux) mais aussi à de nouvelles allures de vie liées à un traitement médical (greffe, après cancer) ou encore à des maladies rares autrefois létales. Au-delà de ces nouvelles définitions épistémologiques, le terme de « maladie chronique » continue d’être traversé par des sens différents selon que l’on adopte le point de vue du médecin, qui peut parfois s’arrêter à l’évolution des symptômes et des traitements, ou que l’on adopte celui de la personne malade qui ne se réduit pas à son statut de patient et dont la vie excède la médicalisation de sa maladie. 
    Ainsi les maladies chroniques font voir à ceux qu’elles affectent et à ceux qui les soignent la vie sous un autre jour, dans ses dimensions tant existentielles et sociales que corporelles et psychiques. « Vivre avec une maladie chronique » – selon l’expression désormais consacrée et dont il faut peut-être mesurer l’euphémisation – consiste dans la recherche précaire d’une norme de vie qui concilie vulnérabilité et autonomie, et dans la négociation permanente entre des mondes et des rôles sociaux différents, entre les exigences de la vie ordinaire (familiale, sociale, etc.) et les contraintes imposées par la maladie et la médecine. Ces maladies signifient également la reconfiguration voire l’émergence de nouveaux rapports à soi et au temps. Elles sont à l’origine de sentiments et de savoirs, d’expériences et de pratiques très divers selon les individus et selon les moments de la maladie. 
    Enfin, elles nécessitent des prises en charge impliquant la mise en réseau de nombreux professionnels médicaux, para-médicaux et médico-sociaux, à l’hôpital et en ville. Elles requièrent par conséquent de repérer les besoins, expériences et pratiques qui leur sont spécifiques, ainsi que la façon dont elles reformulent la réflexion éthique (axiologique et normative) sur la médecine et la maladie. L’enjeu est d’adapter au mieux le soin médical à ces situations, dans une démarche attentive aux contraintes, valeurs et normes de l’ensemble des acteurs.
     
    Bien cordialement, 
     
    Céline Lefève
    MC philosophie de la médecine – Université Paris Diderot
    Co-responsable du Programme interdisciplinaire USPC « La Personne en médecine » 
    Responsable du Projet pédagogique innovant « USPC Humanités médicales » 
    Directrice du Centre Georges Canguilhem, chercheuse affectée SPHERE
     
    Valérie Gateau
    Chercheur à l’Espace de Recherche et d’Information sur la Greffe Hépatique (ERI)
    Centre Georges Canguilhem et Hôpital Beaujon.
    Post-doctorante du Programme interdisciplinaire Université Sorbonne Paris Cité « La Personne en médecine »

     

  • Garantir les capacités civile et politique des personnes en situation de vulnérabilité – Patrick Gohet

    Posté le 9 juin, 2016 | Catégorie : Actualités, Vidéos.

  • Parution : La Médecine personnalisée. Un essai philosophique de Xavier Guchet

    Posté le 27 mai, 2016 | Catégorie : Actualités.

    Parution : La Médecine personnalisée. Un essai philosophique de Xavier Guchet

    Ouvrage sur les enjeux philosophiques de la médecine personnalisée

    Paris, Les Belles Lettres, Coll. Médecine & Sciences humaines, 2016

    La médecine personnalisée un essai philosophique X. Guchet

  • Parution : Vivre après un cancer. Favoriser le soin de soi, Dunod, 2016

    Posté le 25 mars, 2016 | Catégorie : Actualités.

    PARUTION DE L’OUVRAGE 

     

    Vivre après un cancer. Favoriser le soin de soi (Dunod)
    par Jean-Christophe Mino et Céline Lefève

    Le cancer se soigne de mieux en mieux. On n’en sort toutefois jamais indemne. Comme pour toute maladie grave ou pour toute maladie chronique, la vie pendant et après apparaît comme une  « épreuve de soi », qui transforme notre rapport à l’existence et oblige la personne à redéfinir pour elle-même un nouvel état « normal » de santé.

    En s’appuyant sur le témoignage de femmes ayant traversé l’épreuve du cancer du sein, les auteurs proposent une approche dynamique et compréhensive de la maladie et de ses conséquences pour faciliter et soutenir, après traitement, « un soin de soi » auprès des patients, de leur entourage et des professionnels de la santé.

    Jean-Christophe Mino  : Médecin-chercheur au Département des soins de support (DISSPO) de l’Institut Curie. Il est membre du Département universitaire « Ethique» de la faculté de médecine Pierre et Marie Curie-Paris 6.

    Céline Lefève : Maître de conférence en philosophie de la médecine à l’Université Paris Diderot-Paris 7 où elle dirige le Centre Georges Canguilhem. Elle est responsable du programme interdisciplinaire Université Sorbonne Paris Cité « La Personne en médecine ».

  • Traduction : On prenatal diagnosis and the decision to continue or terminate a pregnancy in France: a clinical ethics study of unknown moral territories

    Posté le 25 mars, 2016 | Catégorie : Actualités.

    Traduction d’un article sur l’interruption de grossesse pour motif médical grâce au financement de « La Personne en Médecine »:

     

    MGaille MHCP 2016 UnkownMoralTerritories

     

    Medicine, Health Care and
    Philosophy
    A European Journal
    ISSN 1386-7423
    Med Health Care and Philos
    DOI 10.1007/s11019-016-9689-2

  • Lancement du site de formation « USPC Humanités Médicales » : hm.uspc.fr

    Posté le 15 mars, 2016 | Catégorie : Actualités.

    Nous vous annonçons le lancement du site de formation « USPC Humanités Médicales » hm.uspc.fr

     

    Son objectif est de soutenir la formation éthique des étudiants, en accompagnant leur formation clinique et en favorisant l’éthique de la discussion.

     

    Il s’adresse à tous les étudiants de médecine, externes et internes, de Paris Diderot, et aux étudiants de Paris 5 et Paris 13 inscrits au sein des Certificats Médecine et Cinéma (L3, DFASM1 et DFASM2).

     

    Sur une plate-forme collaborative sécurisée, les étudiants sont invités à relater les expériences cliniques qui leur posent question aux plans humain, éthique, social, épistémologique, etc.
    Une équipe pédagogique de 65 praticiens et spécialistes en éthique et humanités médicales les aide à analyser leurs récits, en échangeant avec eux et en mettant à leur disposition les ressources pertinentes.
    En accès libre, le site offre des ressources documentaires en éthique et humanités médicales.
    Les étudiants sont invités à se créer un compte, dans « Mon espace », afin d’accéder à la plateforme collaborative !

     

    Contact : hm.uspc@gmail.fr

Vidéo

SUIVI D’UN DÉBAT SUR LES ÉTUDES MÉDICALES.

 

Devenir médecin croise les itinéraires et les voix de quatre étudiants de médecine de l’université Paris Diderot.

 

Une université de la vie, où les malades ne ressemblent pas toujours aux cas cliniques décrits dans les livres. Des bancs de la faculté à l’internat, la confrontation à la souffrance et à la mort, la complexité des situations émeuvent ces jeunes, interrogent leur vocation, suscitent leurs questionnements sur les pratiques, l’organisation et le sens du soin.

 

Elise, externe en maladies infectieuses à Saint-Louis, découvre la diversité des patients et la délicatesse des relations de soin : « Je pensais que la difficulté, c’était le diagnostic. Je ne pensais pas que les patients, c’était une difficulté ».

 

Joan est interne dans un hôpital près de Nantes : patients âgés ou précarisés pour lesquels l’hôpital ne peut finalement pas grand chose – sinon traiter la phase aigüe d’un problème plus vaste.

 

Nina, en réanimation à Lariboisière, s’interroge sur le juste équilibre entre l’empathie et la nécessité de « se blinder »Yassine est interne en chirurgie à Ambroise Paré. Au bloc, se transmettent, au fil du compagnonnage, aussi bien les gestes opératoires que le récit des mutations de l’hôpital.

 

C’est également dans les enseignements de philosophie du soin donnés par Céline Lefève que la médecine leur apparaît non seulement comme une somme de sciences appliquées, mais aussi comme une pratique éthique, dont la formation doit davantage inclure les enjeux sociaux, organisationnels et relationnels.

 

Pour voir le replay :

http://pluzz.francetv.fr/videos/infrarouge_,155097491.html
http://pluzz.francetv.fr/videos/infrarouge_,154747335.html

Plus de vidéos sur notre chaîne Logo youtube

Dernières actualités